Charles-François Lassée cadet (1757-1816) est un homme politique de la période révolutionnaire.

Biographie :

Né le 30 juillet 1757 à Goize, un petit village situé dans la paroisse de Ventouse en Angoumois. Enclave de Valence, il est rattaché plus tard à la commune de ce nom, dans le canton rural de Cellefrouin.

Sa famille est bourgeoise, mais ses deux parents sont morts alors qu'il est encore mineur. Jean Lassée meurt à 64 ans en 1762, et sa femme Catherine Benoît à 48 ans en 1769. Ils sont tous deux inhumés par le curé de Ventouse.

Il a quatre frères et sœurs : Charles-François Lassée aîné, juge de paix et maire de Valence; Louis Lassée, époux de Catherine Massignat; Catherine Lassée, épouse de Pascal Massignat; Marie Lassée, épouse de Louis Fricand-La Chalouzière.

Il est semble-t-il licencié ès lois et domicilié à Angoulême en 1789. Ses deux frères s'engagent pour la cause révolutionnaire et sont délégués pour porter les cahiers de doléances.

L'année 1790 voit la création des départements par l'Assemblée constituante. Lassée apparaît dans l'administration du département de la Charente en 1791.

Il est nommé au conseil général avant de passer au directoire en 1792. Allié de la Convention montagnarde, il approuve la nouvelle constitution promulguée en 1793.

L'année 1794 est celle de son union avec Marie-Suzanne Ducouret, nièce de Dumas-Champvallier, président de l'administration départementale et ancien député à l'Assemblée législative.

Dans le directoire de la Charente, réduit de huit à cinq membres en 1795, Lassée est le spécialiste des finances. Il est cependant destitué après la chute de Robespierre.

L'année 1797 voit son retour au directoire, suite au coup d'État jacobin. Une nouvelle politique est mise en place.

Il se présente aux élections législatives en 1798, et est élu au Conseil des Anciens. Il est réélu l'année suivante.

Relativement actif à Paris, Lassée prononce plusieurs discours, fréquente les clubs, devient l'un des secrétaires de son assemblée avec Beerenbroek, Duffau et Garat.

Un pamphlet anonyme rapporte qu'il appartient à la Société des Amis de la Liberté et de l'Égalité, un cercle politique néo-jacobin installé dans la salle du Manège.

En 1799, coup d'État de Bonaparte, cette fois défavorable aux Jacobins, et ces derniers sont remplacés. Cet événement met fin à son mandat.

Sous le Consulat, Lassée et Devars sont les deux anciens législateurs nommés juges au tribunal criminel de la Charente.

Il est franc-maçon et membre de la loge "L'Harmonie Parfaite" à Angoulême.

Sa femme meurt en 1801, et lui laisse un fils et unique héritier : Antoine-Charles Lassée, avocat à Salles-de-Villefagnan et candidat malheureux aux législatives de 1848.

En 1804, il se remarie avec Marie-Anne Suraud, à Tusson. Il est muté sous l'Empire au tribunal civil de Ruffec, et y est encore au moment de son décès survenu le 5 août 1816.

Illustrations :

103

1. Signatures des députés de la Charente dans une lettre officielle en 1798.

membre-du-conseil-des-anciens

2. Représentation d'un membre du Conseil des Anciens en 1796.

Source : Généalogie Charente Périgord.