Le 16 août 1882, c'est-à-dire à une époque où, dans le département de la Vienne, la chasse n'était pas ouverte, MM. Nebout, lieutenant de louveterie de l'arrondissement de Civray, de Lassée (Edgard), lieutenant de louveterie de l'arrondissement de Ruffec, et de Lassée (Louis), son frère, ont chassé à courre et forcé trois louvarts, sur le territoire de la commune de Civray. Poursuivis devant le tribunal correctionnel de Civray, sous la prévention de chassé en temps prohibé, ils ont été acquittés, par le motif que les propriétaires du pays, effrayés des ravages causés par les loups, les avaient appelés, et leur avaient formellement délégué le droit de légitime défense, consacré à leur profit par l'art. 9, § 3, de la loi du 3 mai 1844.

Source : Dalloz, jurisprudence générale.